Loading...

Interview de Caroline, co-fondatrice de Moodz

Il y a quelques semaines je vous présentais Carole, fondatrice de la marque Botimyst. Vous avez apprécié ce nouveau format sur le blog, et je suis vraiment heureuse de vous présenter ces personnes avec qui je travaille dans l’envers du décor, ces femmes inspirantes qui ont de belles histoires à raconter. Aujourd’hui, c’est au tour de Caroline, fondatrice de Moodz.


Caroline Briant, co-fondatrice de Moodz, la marque de culottes menstruelles

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Caroline Briant. J’ai 31 ans et je suis la fondatrice de Moodz.

Je suis de nature très curieuse, donc j’ai testé plusieurs voies avant de véritablement trouver la mienne. J’ai fait une classe préparatoire littéraire et économique, un master de droit à la Sorbonne et une école de commerce.

Comme beaucoup de personnes, mon parcours s’est construit au gré de ses différentes étapes.
La rigidité de la classe préparatoire m’a menée vers les bancs de la fac. Celle du droit vers l’école de commerce. Mes parents ont beaucoup insisté sur la dimension sécuritaire du travail. J’ai toujours été très indépendante, très entrepreneure dans l’âme, mais j’ai mis quelques années à véritablement troquer le métier d’avocat contre celui d’entrepreneure.

Après mon master de droit, j’ai intégré l’EMLYON et j’ai commencé ma carrière en Espagne et en Chine.
Je suis ensuite rentrée en France pour travailler en tant que planneuse stratégique en agence de communication et en parallèle, j’étais bénévole au sein de Led By Her. C’est la première association en France à proposer une reconstruction professionnelle par l’entrepreneuriat aux femmes victimes de violences.

J’ai toujours aimé créer des histoires, des concepts, être proche des gens, donc le métier de planneur m’a rapidement passionné. Mais l’envie de créer ma propre entreprise et d’avoir un impact sur la vie des gens m’a très vite rattrapée. Dans mon travail, j’ai été confrontée à beaucoup d’inégalités et de sexisme envers les femmes et les minorités. Et c’est simple, plus j’étais confrontée à ces situations, plus j’étais indignée, et plus j’avais envie de créer ma boîte pour faire bouger les lignes.

Ce sont mes engagements qui m’ont poussée à créer Moodz.

Caroline Briant et ses équipes

Comment as-tu rencontré ton associée ?

Aujourd’hui, je mène l’aventure avec mon associée Claire Schults. 

J’avais créé Moodz depuis une année et commercialisé la toute première version des culottes. Je m’apprêtais à lancer la première collection et je cherchais un.e associé.e pour m’accompagner dans la croissance de Moodz. 

On ne le réalise pas forcément au début, mais c’est très compliqué de trouver quelqu’un avec qui s’associer. Je cherchais depuis plus d’un an, mais je ne trouvais pas LA bonne personne. J’ai été mise en relation avec Claire, par une connaissance commune. Et là, coup de cœur mutuel immédiat ! 

Nous avions la même vision du projet. Nous partagions les mêmes valeurs et une ambition commune : changer la vie des personnes menstruées ! C’est vraiment ce qui nous a rapprochées avec Claire, et je pense que ça se ressent aujourd’hui dans notre projet. 

Culotte menstruelle Moodz

Comment est né Moodz ?

La genèse de Moodz c’est le scandale des protections hygiéniques. À cette époque-là, je cherchais des protections alternatives et dès que j’ai testé les culottes menstruelles, j’ai trouvé le concept révolutionnaire. Ni plus, ni moins. C’est une protection menstruelle écologique, saine et extrêmement confortable. Il n’y a pas d’odeur. Pas d’humidité. Après mon premier essai, j’ai directement voulu que toutes les femmes et personnes menstruées puissent y avoir accès.

Je voyais dans ce produit la possibilité de changer le regard de la société sur le corps des femmes et de véhiculer une nouvelle image de l’intimité féminine. La culotte menstruelle, c’est une protection hygiénique certes, mais c’est aussi et surtout de la lingerie. C’est cet aspect mode qui m’intéressait : cela me donnait le pouvoir d’inventer un autre modèle.

J’avais également envie de créer un mouvement qui permette aux femmes de reprendre le pouvoir sur leur intimité, de leur donner confiance en elle grâce à des produits stylés et une communication décomplexée.

Ce sont toutes ces raisons qui m’ont poussée à créer Moodz, et c’est ce pourquoi on continue à se battre aujourd’hui avec Claire.

Mais les débuts ont été plus difficiles. Trouver une usine quand on est personne. C’est compliqué. Trouver les bonnes matières textiles et techniques quand on n’a aucune expérience dans le domaine, c’est compliqué aussi ! Aujourd’hui, les culottes menstruelles sont de plus en plus connues et les partenaires, notamment de production, sont beaucoup plus ouverts sur le sujet. En 2018, ce n’était pas le cas. J’ai dû appeler plusieurs centaines d’usines avant d’en trouver une qui acceptait de me faire confiance et de travailler avec Moodz.

Mais très vite, j’ai senti l’intérêt des femmes pour Moodz. C’est cela qui me poussait à continuer. Je n’avais pas de produit fini mais j’avais déjà une communauté de 3000 à 4000 femmes qui me soutenait. J’échangeais régulièrement avec elles, elles me partageaient leurs besoins, testaient mes prototypes.

C’est cette dimension communautaire qui a fait dès le début le succès de Moodz et qui continue de le faire aujourd’hui. Nous devons tout à notre communauté.

Caroline Briant

Si vous deviez présenter la marque à quelqu’un qui ne la connaît pas en 3 mots ?

Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est : engagement.

Notre objectif principal est de permettre aux femmes et à toutes les personnes menstruées de se ré-approprier leur corps, de se libérer des diktats et des tabous. C’est cette mission qui guide chacune de nos actions. Dès le départ, nous avons fait le pari de créer des culottes menstruelles designs et stylées pour en finir avec l’image négative des règles et changer le regard des femmes sur leur propre corps.

Nous avons sélectionné des matières certifiées Oeko-tex standard 100 pour préserver la santé des femmes. Ce label, de renommée internationale, certifie la non-toxicité des textiles et des colorants utilisés, et évite la présence de substances toxiques dans les vêtements. Nous avons choisi une usine au Portugal qui s’engage au quotidien pour le bien-être de ses salarié.es. Notre usine dispose de crèches en interne et permet aux couturières en situation difficile de travailler de chez elles pour leur garantir une plus grande chance d’accès à l’emploi.

Enfin, nous avons été les premières de notre marché à célébrer la diversité des femmes à travers nos mannequins et à créer du contenu pédagogique pour qu’elles puissent reprendre possession de leurs corps. Nous voulons en finir avec les idées reçues sur les règles et partager un discours vrai et positif sur le corps féminin.

C’est une vraie démarche d’entreprise. C’est celle que nous avons choisie avec Moodz.

Ensuite, c’est peut-être pompeux, mais c’est un mot qui revient souvent dans nos retours clients : je pense que nous apportons un côté révolutionnaire dans le quotidien. On reçoit beaucoup de messages d’amour de la part de nos clientes qui nous remercient d’avoir changé leur vie. 

Et enfin stylé ! Parce que nous voulons aller encore plus loin sur le sujet « mode ». Je veux que l’on change de regard sur les menstruations ainsi que sur le corps des femmes et je pense que ça passe aussi par l’esthétisme. 

Les règles ne doivent pas être un moment honteux ou gênant, ça peut aussi être stylé ! Et ça commence par de beaux produits pour nous accompagner dans cette période.

Interview de Caroline Briant - Culotte menstruelle Moodz

Pour vous, qu’est-ce qu’apporte Moodz sur le marché des produits féminins ?

Du vrai, du clean et du green !

On change le paradigme tout simplement. Les marques de protections hygiéniques classiques diffusent une image faussée et malaisante des femmes pendant leurs règles, commercialisent des produits remplis de composants chimiques et surtout pas écologiques.

Nous, nous montrons des femmes dans leur intimité, on partage des discours de vérité, on change le regard sur les menstruations. Et en plus, toutes nos culottes sont clean et réutilisables pendant 3 ans minimum.

En soi, nous apportons beaucoup de libération à notre communauté. Ceci passe par notre produit, par la liberté de mouvement qu’il inclut en tant que tel, mais aussi par le contenu que nous voulons produire autour de Moodz à travers notre compte Instagram et notre Journal

Par exemple, ce matin nous avons publié un post Instagram sur le transit intestinal pendant les règles. C’est un sujet peu traité et nous avons eu beaucoup de retours de la part de notre communauté… Nous avons aussi abordé des sujets encore tabous comme le sexe pendant les règles. Nous voulons être la preuve que l’on peut parler librement de ces sujets.


Quelles sont vos ambitions pour le futur de Moodz ?
Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?

Dans cinq ans, on aimerait avoir encore plus d’impact sur la vie des femmes ET des personnes menstruées binaires, non-binaires, transgenres etc. Cela passe par plusieurs choses, dont un produit infaillible. Notre objectif technique est de créer la meilleure culotte menstruelle du monde. 

Pour cette partie Recherche et Développement, nous co-créons avec nos clientes dans le « Club de l’Innovation ». Dès que nous testons de nouvelles matières nous faisons un tirage au sort et nous leur envoyons les prototypes avec un petit questionnaire.

Dans cinq ans, nous aimerions aussi avoir une marque encore plus forte et plus accessible. On dit toujours à mes équipes qu’on veut être le  “Patagonia de la culotte de règles”. Aujourd’hui les grandes marques inspirent les gens et ont un impact sur leurs vies. Pourquoi ne pas souhaiter la même chose à Moodz ? 

Caroline Briant co-fondatrice de Moodz

Pssst, et j’ai un code pour vous : MOODZCARNETPRUNE qui vous offre -10% sur votre commande ! 

En ce moment sur instagram

Vous allez aimer !

Lifestyle

Interview de Carole, fondatrice de Botimyst

Je vous présente un nouveau format aujourd’hui : celui des interviews ! Vous connaissiez « Les 10 dernières fois de… » mais cette fois-ci j’avais envie de …

Angleterre

Granger & Co, Londres

Il y a ces adresses qui, en extérieur, ne nous attirent pas plus que ça : cachées, proches d’une gare… On ne pense pas tout …

Angleterre

Central & Co, Londres

Ce que j’aime par dessous tout : c’est le petit déjeuner. Je suis une personne qui aime le sucre c’est indéniable. Entre un paquet de …

Laisser un commentaire

Article précédent

Sélection shopping de Noël

Article suivant

Le télétravail, mes conseils
  1. Laura 8 décembre 2020

    Merci pour cet article si intéressant ! C’est super de mettre en avant des marques qui répondent à nos problématiques et interrogations quotidiennes. Bravo pour le travail réalisé

    1. Carnet Prune 8 décembre 2020

      Laura > Merci beaucoup Laura, je suis contente que l’article te plaise :)

  2. shininghedgehog 8 décembre 2020

    Article super intéressant!! Merci beaucoup de mettre en avant ce genre de marques.
    Et j’aime beaucoup les valeurs de Caroline!

    1. Carnet Prune 9 décembre 2020

      shininghedgehog > Je suis contente de pouvoir vous faire ce genre d’article, et qu’ils vous plaisent :)

  3. Eléonor 10 décembre 2020

    Oooh c’est vraiment top ! Ça me donne envie d’en acheter dis donc. J’adore leur côté engagé !!!! Merci de la découverte :)

    1. Carnet Prune 15 décembre 2020

      Eléonor > Avec plaisir, tu me diras :)